Agir ensemble pour que chacun soit acteur de sa vie

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Action citoyenne : une chaîne de solidarité au profit des femmes victimes de violences conjugales

Depuis 2018, Karim Ménani, Educateur spécialisé au pôle pédagogique de Buc, organise avec les jeunes qu’il accompagne et le commissariat de police de Plaisir, une action de solidarité à destination des femmes victimes de violences conjugales. Parties précipitamment de chez elles avec leurs enfants sous le bras, ces femmes se retrouvent le plus souvent démunies. Une situation à laquelle doivent faire face des commissariats, pas toujours à même de fournir des habits d’urgence.

Sensibles à ces situations, les jeunes du pôle pédagogique apportent plusieurs fois par mois, vêtements, jouets, sièges-auto, etc. récupérés auprès de la clientèle d’un salon de coiffure partenaire. Une action complémentaire à celle menée auprès des femmes victimes de violence dans le champ lutte contre les exclusions.

Karim éducateur spécialisé depuis 19 ans au sein de l’Association nous raconte « pourquoi ce projet ? »

« 10 minutes avant de rentrer dans le commissariat par la grande porte, nous déchargions le Traffics plein à craquer, aidés par des fonctionnaires de police. Permettre ces rencontres, si courtes soient elles, vivre avec les jeunes ces expériences insolites, leur permettre également d’être acteurs de changement et de participer à une chaine de solidarité à la hauteur de ce que chacun peut donner. Voici ce qui me fait «vibrer» aujourd’hui en tant qu’éducateur.
Nul doute que ce soir ou dans les jours à venir, un enfant va profiter des habits que nous avons rapportés.
Ce sont des situations atypiques pour des jeunes parfois inscrits dans des actes d’incivilité ou délictuels. Ce type de projet permet ainsi un changement de regard et d’attitudes des uns envers les autres, ne résumant pas uniquement une personne à ses actes ou à l’uniforme qu’elle porte.

Enfin, si l’on me demande vers quoi j’aimerais que le projet débouche, je répondrai, vers d’autres rencontres, d’autres échanges entre les jeunes impliqués dans cette action et les fonctionnaires de police; vers l’implication
d’autres services de l’Association afin de faire vivre le projet et de le développer au niveau départemental. En effet, il y a 7 commissariats sur le territoire, pourvu chacun d’un travailleur social chargé d’accompagner les femmes victimes de violences conjugales. »

 

Laisser un commentaire

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies. En savoir plus